"Vers une nouvelle guerre froide Chine-USA."

Par Gérald Fouchet. 
Gérald Fouchet est politologue, écrivain et journaliste.


La rivalité géostratégique croissante entre les Etats-Unis et la Chine pour la possession du Pacifique constitue une ligne de fracture mondiale très préoccupante et augure d'une "nouvelle guerre froide" plus dangereuse que la première.

La Chine réarme. Pourquoi ?

Les faits, d'abord, implacables : la République populaire de Chine est le pays au monde qui augmente son budget militaire dans les proportions les plus considérables : le 6 mars, Pékin a annoncé une hausse des dépenses de l'armée de 17,7% en 2001, ce qui les porte à 141 milliards de yuans, soit 19 milliards d'euros ou 120 milliards de francs. Les experts occidentaux estiment que les dépenses militaires réelles sont "deux à trois fois plus élevées que les chiffres officiellement avoués" (Le Monde, 07/03/2001). Cette progression brutale est la plus forte observée depuis vingt ans, et elle constitue la treizième hausse consécutive qui dépasse les 10 %. A l'inverse de l'Europe qui désarme et rogne sur ses budgets militaires, la Chine effectue donc un effort de réarmement et d'accroissement massif de sa puissance militaire, supérieur à celui de l'Allemagne entre 1933 et 1940 et à celui des USA après Pearl-Harbor.

Pourquoi ?

Depuis toujours, on sait qu'un pays qui réarme obéit à deux hypothèses : soit il se sent menacé et veut se protéger, soit il veut attaquer. Qui la Chine veut-elle attaquer ? Taiwan, pour la reconquérir ? Non, car elle n'aurait pas besoin de réarmer si fortement pour reprendre l'île ; et sa stratégie est celle de la "persuasion" : la Chine veut récupérer Taiwan en douceur ; une guerre ruinerait la juteuse économie de la province perdue, dont la Chine a besoin. Elle envisage Taiwan, comme une future "région autonome", à l'image de Hong-Kong selon l'adage célèbre "un seul pays, deux systèmes économiques". Le général Régis de Marsan, suggérait (in Le Soir 28/02/2001) "qu'il faut mettre en parallèle le budget militaire chinois avec la dépopulation de la Russie". Serait-ce donc la Russie que la Chine veut attaquer ? On sait qu'elle pourrait revendiquer une partie de la Sibérie orientale, où s'infiltrent ses migrants. On se souvient des combats sino-russes sur l'Amour des années 60. Là n'est pourtant pas la préoccupation géopolitique chinoise ; l'Empire du Milieu ne se sent nullement menacé par la Russie pas plus que par l'Inde (d'autant que les Russes lui fournissent toujours des armes, notamment les chasseurs-bombardiers Sukhoï.) Elle a intérêt à entretenir de bons rapports avec ces deux puissances continentales. Pour quelles raisons alors la Chine réarme-t-elle ? Parce que les Chinois subodorent la possibilité d'un conflit majeur, au XXIème siècle, avec la grande superpuissance thalassocratique : les Etats-Unis. La Chine, nation (comme la France) à la fois maritime et continentale a compris que le Pacifique, actuellement sous contrôle américain, allait devenir un lieu de friction majeur. N'oublions pas également que les deux superpuissances militaires à partir de 2015 seront les Etats-Unis et la Chine. Cette dernière prévoit donc une situation similaire à celle de la "guerre froide" Occident-URSS des années 1947-1991. Et, dans le cadre de ce réarmement, il faut savoir que la Chine n'accroît nullement ses effectifs terrestres (ce qui serait le cas dans l'hypothèse de conflits frontaliers continentaux) mais, comme par hasard, 1°) elle muscle sa flotte de haute mer et sous-marine - Pékin envisage le lancement de porte-avions - et son aviation ; 2°) elle améliore ses capacités balistiques et nucléaires, préparant aussi des satellites-espions militaires ; 3°) elle revalorise toutes les soldes, pour motiver son armée. Les Chinois se préparent donc bien à un conflit de type "post-moderne", centré sur la guerre électronique, les missiles, les avions, les sous-marins et les satellites, un conflit qui aurait inévitablement un aspect (partiellement) nucléaire. Le Pentagone s'en est parfaitement rendu compte.

Les vraies raisons du bouclier anti-missiles américains.

Au mépris des accords de désarmement nucléaire SALT - et en désaccord formel avec la Chine, la Russie et la France - M.G.W. Bush veut doter son pays d'un bouclier d'intercepteurs anti-missiles (NMD) capables d'abattre en vol d'éventuelles têtes nucléaires lancées contre le territoire américain (1). Il rompt par là "l'équilibre de la terreur", qui a évité toute guerre atomique grâce à la "destruction mutuelle assurée" (MAD, mutual assured destruction) ; cette dernière repose sur un pacte implicite entre puissances nucléaires, selon lequel l'agresseur, en étant certain d'être foudroyé par une riposte atomique, est dissuadé de lancer ses bombes A ou H. Mais, si un pays - en l'occurrence les USA - possède un bouclier anti-missiles, il peut se permettre tout type de guerre contre une puissance nucléaire sans craindre de riposte sérieuse.

Les commentateurs de la presse internationale affirment que les Américains veulent se protéger contre d'éventuelles frappes balistiques atomiques "d'Etats-voyous" ou "Etats-terroristes" (rogue States), c'est-à-dire la Corée du Nord, l'Iran, l'Irak, la Lybie, etc. Les services de presse de la Maison Blanche confirment évidemment cette version. Pourtant, elle est peu crédible. Les pays susmentionnés ne sont pas fous ni suicidaires. Ils savent qu'ils ne sont pas de grandes puissances mondiales. Dans l'hypothèse (hautement improbable) où ils pourraient se doter de missiles nucléaires à longue portée capables d'atteindre les USA, ils ne prendraient pas le risque stupide d'une agression qui provoquerait sur leur sol une riposte dévastatrice. En réalité, tout indique que le Pentagone envisage un affrontement majeur avec la Chine dans les vingt ans, et entend se donner les moyens de frapper (pas forcément atomiquement d'ailleurs) sans risque de contre-offensive nucléaire sur le territoire américain. Bref, la thèse que nous proposons est la suivante : le NMD, le bouclier anti-missiles américain, est probablement destiné à protéger les USA d'une menace atomique chinoise. La logique de la dissuasion nucléaire s'apparente à la fois au jeu d'échec, et aussi, au jeu de go : les dirigeants américains savent très bien (et nous en parlerons plus bas) que la Chine, compte tenu de ses 1,25 milliards d'habitants, craint beaucoup moins qu'eux les frappes nucléaires. Sa protection est sa démographie. Ce projet américain de défense anti-missiles balistiques (NMD) défendu par l'administration Bush, est considéré en Chine comme une mesure agressive, presque un casus belli. Traditionnellement, contrairement aux Occidentaux, les Chinois emploient un langage très diplomatique et masquent toute hostilité de langage. Quand cette dernière apparaît, c'est que les choses sont graves. Sha Zukang, le négociateur chinois sur le désarmement, pouvait déclarer : "Les Etats-Unis auront une position à la fois défensive et offensive. Je ne crois pas que les autres puissances nucléaires toléreraient une supériorité et une sécurité américaines absolues, alors qu'elles se sentiraient dans une situation d'insécurité absolue." Il récidiva en ces termes au cours d'une conférence de presse au Canada : "Je hais le NMD, produit d'une mentalité américaine de guerre froide, de gens qui se cherchent de nouveaux ennemis, la Chine peut-être..." Et puis, il eut cette phrase, très calculée, mais lourde de menaces : "La Chine est trop grosse pour que les Américains l'envoient sur la Lune. Les Chinois sont sur la terre depuis 5 000 ans et y resteront à jamais." Enfin, signe aussi inquiétant, l'influent Teng Jianqun, rédacteur en chef de l'officiel World Military Review écrivait à demi-mot, toujours à propos du NMD, le bouclier spatial anti-missiles nucléaires américain, que ce dernier était en fait destiné à préparer une guerre contre la Chine ; il notait : "quand un pays prépare une confrontation avec la Chine dans l'espace, nous devons y prêter une grande attention."

N'oublions pas ce fait central, que la thalassocratie américaine en dépit de son discours officiel ultra-pacifiste et humanitariste est une "nation impériale" fondée sur la guerre et la fonction militaire. Les USA ont besoin de la guerre (la "guerre juste", la croisade contre les méchants, évidemment), non seulement pour des raisons économiques - l'industrie d'armement est une locomotive techno-industrielle et financière - mais pour maintenir leur statut mondial de "protecteurs-dominateurs" du monde. Depuis 1941, les USA sont le pays au monde qui a mené le plus grand nombre d'opérations militaires et de bombardements hors de ses frontières. Mais sans jamais craindre pour l'intégrité de son territoire. Là, les choses changent : ils n'ont plus affaire à des petits pays, Vietnam, Panama, Serbie, etc. mais à l'énorme Chine, terrifiant challenger qui, avec ses 1,25 milliards d'habitants, peut supporter les saignées de frappes nucléaires, et qui se dote actuellement de missiles à longue portée ! La perspective est bien pire que face à la défunte URSS. Rompant radicalement avec la politique de Clinton, le Président Bush junior a déclaré, début mars, ce que la presse a très peu relevé, mais qui est pourtant capital : "La Chine est une rivale et non un partenaire stratégique." Une guerre aura peut-être pour théâtre et enjeu central le Pacifique et opposera éventuellement les USA et la Chine, d'ici 2010. Quel en sera le prétexte, sur quels litiges éclatera-t-elle ? Pour l'instant, nul ne le sait. Mais, à l'inverse des myopes et imprévoyants politiciens européens qui "n'ont plus d'ennemis", qui ne se sentent plus menacés par personne, qui désarment, pour qui la fonction militaire n'est plus qu'une force de police d'interposition humanitaire, les stratèges américains ont lu Clausewitz ; ils raisonnent à long terme et savent que la guerre est toujours possible, demain, entre deux puissances majeures même si, aujourd'hui, on n'en connaît pas les prétextes exacts. Cela dit, l'enjeu global d'un tel affrontement, nous le devinons facilement : c'est la domination de l'Océan pacifique.

Analyse des formes d'un conflit naissant.

Donc un conflit majeur pour la suprématie entre la Chine et les Etats-Unis est probable, mais non certain, pour le XXIème siècle. En tous cas, une rivalité constante au cours du XXIème siècle est absolument évidente. Elle prendra soit les formes de conflits ouverts, soit d'une tension permanente, avec toujours le risque de frappes nucléaires. Toute la question est de savoir quel camp choisiront l'Union européenne, la Russie, l'Inde et les Etats musulmans. Quoi qu'il en soit, une nouvelle guerre froide commence. La Chine apparaît comme le surgissement dans l'histoire d'une future hyper-puissance telle que l'humanité n'en a encore jamais vue. Le regretté Alain Peyrefitte dans son ouvrage "Quand la Chine s'éveillera" l'avait prédit : la Chine sera au XXIème siècle un Etat unifié représentant 1/5ème de l'humanité. Jamais un cas semblable ne s'était produit.

Quels sont les rapports entre Pékin et la nouvelle administration républicaine et pourquoi se dégradent-ils ? Beaucoup plus que du temps de Clinton, l'entourage de Bush redoute la montée en puissance militaire de l'Empire du milieu. Quian Qichen, vice-premier ministre, conseiller diplomatique du chef de l'Etat et du PC chinois, s'est rendu à la Maison Blanche le 22 mars. La Chine n'étant plus, selon les déclarations de M. Bush, un "partenaire stratégique" mais un "concurrent stratégique", Pékin tente de désamorcer la méfiance américaine, selon la technique du jeu de go : endormir puis étouffer l'adversaire plutôt que de le provoquer ; pratique traditionnelle en Chine depuis les Empereurs Ming, où selon le précepte de Lao-Tseu, repris par Mao, il faut toujours "sourire à son ennemi le plus dangereux et montrer les dents à son plus petit ennemi." La Chine tente donc d'apaiser les craintes du grand rival américain, mais ne se gêne pas pour couvrir Taiwan d'invectives. Pourtant, un document interne au PC chinois de mars 2001, postérieur à l'élection de M. Bush, révèle que le but géostratégique de la Chine est de "contrer le développement de l'hégémonisme et de la loi du plus fort." Que signifie cette formule sibylline ? Les Chinois ont le temps, ils calculent toujours à long terme. Leur objectif est, dans un premier temps, non seulement de récupérer Taiwan, l'île rebelle, pour des raisons autant économiques que politiques, mais aussi, dans un deuxième temps, de distendre les liens protecteurs entre les USA et leurs deux principaux alliés asiatiques : la Corée du Sud et le Japon. Dans un troisième temps, la Chine entend reprendre la maîtrise du Pacifique, commerciale et militaire - y compris sur l'Australie où elle encourage une immigration chinoise - en s'efforçant notamment de faire fermer les bases américaines comme celle d'Okinawa. La Chine se donne environ vingt ans pour atteindre cet objectif. Or ce dernier est aussi inacceptable pour les USA qu'une alliance géostratégique, hors de l'Otan, entre l'Europe péninsulaire et la Russie ("Eurosibérie"). Le double cauchemar du Pentagone, c'est que la thalassocratie américaine se voie éliminée du Pacifique par la Chine, et du continent euro-russe par une remontée en puissance de la Russie, alliée à une Union européenne rompant avec l'Otan. Mais rien ne pourra détourner la Chine de sa visée sur le Pacifique où elle veut se substituer au protecteur américain. Elle sait qu'économiquement et géostratégiquement le Pacifique - autour duquel vivront en 2020 les deux tiers de l'humanité - sera au XXIème siècle ce que furent la Méditerranée et l'Atlantique pour d'autres siècles. La Chine préférerait évidemment obtenir cette hégémonie qui la consacrerait comme superpuissance sans conflit avec les USA. Mais un conflit ne lui fait pas peur.

La nouvelle position américaine est la suivante : si la Chine, dont les ambitions semblent démesurées, rompt la pax americana dans le Pacifique, ce sera un casus belli. L'administration Bush entend que la Chine reste une "puissance intermédiaire", comme l'Inde ou le Japon. Or, les Américains ont commencé à passer à l'offensive : on se souvient du bombardement "accidentel" de l'ambassade chinoise à Belgrade, qui était destiné à tester le niveau de riposte de Pékin, d'après les services secrets italiens. Plus récemment, ils accusent la Chine d'aider technologiquement ce "rogue State" (Etat voyou) que constitue l'Irak, ce qui est probablement une accusation fondée. Ils envisagent de vendre à Taiwan des frégates anti-missiles munies du système radar Aegis, (à la suite de la vente par la France des frégates La Fayette), ainsi que des missiles (pour contrer les récentes fusées M9 et M11 pointées par la Chine sur sa côte méridionale), qui rendraient difficile une attaque contre l'île ; ils bloquent l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), de peur d'être submergés par les produits agricoles chinois subventionnés. Et, fin mars 2001, les Etats-Unis décidaient de parrainer une résolution devant la commission des droits de l'homme de l'ONU qui siégeait à Genève pour "condamner les graves violations des droits de l'homme en Chine."

Un autre point litigieux, assez explosif, mérite d'être mentionné : la question capitale de la réunification des deux Corées, inévitable à long terme, du fait du désastre constitué par le régime de Pyongyang. Pour l'instant, Pékin soutient à bout de bras le régime de Kim Jong Il. Son objectif est la création d'une Corée réunifiée sous la houlette chinoise, avec un système "capitaliste autoritaire" comme à Hong-Kong. L'objectif américain est apparemment proche, mais totalement inverse : la création d'une Corée unique, puissance économique et militaire conséquente, sous hégémonie américaine. Le but des USA est clair : intimider la Chine et la contenir par trois "révolvers" et concurrents braqués contre elle, le Japon, la Corée et Taiwan. Pékin, vis-à-vis de ces Etats essaie de jouer de l'argument de la "solidarité ethnique" des Asiatiques face aux Occidentaux.

Un autre point de friction est le Vietnam. Washington a perdu la première manche, puisque, grâce à l'aide chinoise, le Vietnam du Nord a infligé à l'Oncle Sam la première défaite militaire de son histoire. Mais les USA veulent prendre leur revanche, une revanche "pacifique", mais qui suscite l'exaspération du PC Chinois : aider le Vietnam à se "décommuniser", en faire un pays capitaliste qui revienne dans le giron américain. L'impéritie économique et les besoins financiers du régime de Hanoi vont dans le sens de la stratégie américaine, d'autant que les Vietnamiens sont historiquement très méfiants vis-à-vis des Chinois, avec lesquels ils ont connu des affrontements militaires sporadiques (victorieux pour les Vietnamiens) sur la frontière nord, après la réunification.

Vers un nationalisme capitaliste chinois.

L'essentiel est de comprendre que, dans toute l'histoire de l'humanité, la cause des conflits et des guerres n'a jamais été principalement idéologique, mais nationaliste. La guerre froide entre l'Occident et le communisme n'a jamais dégénéré en guerre chaude, parce qu'au fond, le conflit était d'abord idéologique, entre le communisme et le capitalisme. En revanche, la Seconde guerre mondiale a débuté, on l'oublie trop souvent, non pas par une lutte entre le national-socialisme allemand, le fascisme italien, les démocraties occidentales et le communisme, mais sur une rivalité nationaliste et géopolitique des pays européens : Allemagne, Russie, France, Royaume-Uni, etc. L'idéologie n'intervient que comme prétexte, comme "dérivé" aurait dit le sociologue Pareto. De même aujourd'hui, ce qui est très inquiétant dans la rivalité naissante entre la Chine et les USA, c'est qu'il ne s'agit plus d'un conflit idéologique entre le communisme chinois et le capitalisme américain, logique totalement dépassée, mais du retour à une rivalité géopolitique classique de puissances. La Chine ne cherche plus du tout, comme du temps de Mao, à défendre le messianisme communiste, à exporter son modèle en Extrême-Orient, ni à prendre la tête d'une croisade des pays pauvres contre le capitalisme occidental. La Chine a troqué le communisme contre le nationalisme. Son objectif, très rusé, est double 1°) Conserver un régime autoritaire à parti unique, militariste, dans le but de devenir la première puissance mondiale vers 2020. 2°) Pour davantage d'efficacité, le PC Chinois a décidé, sous la présidence de Jiang Zemin, de passer progressivement à une économie capitaliste (à deux vitesses, note) - ce qui inquiète le Pentagone, puisque les USA ont fini par comprendre qu'un adversaire avec une économie de marché était plus performant et dangereux qu'un adversaire au communisme paralysateur. A ce niveau, les Américains sont pris dans le filet d'un douloureux dilemme : en commerçants ataviques, ils ne peuvent pas faire autrement que d'investir dans le marché chinois, qui est appelé à devenir colossal (les USA sont le premier investisseur étranger), mais, ce faisant, ils renforcent le régime, contribuent à moderniser le géant, à accroître sa richesse (et donc ses capacités techno-militaires) et à se fabriquer un redoutable concurrent commercial, capable d'entraîner le Japon dans son orbite.

Un des atouts américains est que Pékin est pour l'instant mal vu de ses voisins asiatiques ; ils préfèrent de loin une hégémonie américaine à une hégémonie chinoise, qui serait beaucoup plus brutale. C'est pourquoi, le PC chinois ne cesse de multiplier les déclarations de bonnes intentions envers tous les pays de la région, à commencer par le Japon, auquel sont ouvertes les portes des investissements en Chine du Sud.

L'aggravation des relations sino-américaines.

Le litige le plus crucial et le plus dangereux porte sur la capacité chinoise à se doter de missiles nucléaires de longue portée. La Chine a procédé, depuis 1990, à un accroissement constant de ses performances spatiales à partir des fusées Longue Marche (inspirées de la technologie soviétique), capables de satelliser plusieurs tonnes. Cela veut tout simplement dire que la Chine teste aussi par là des vecteurs intercontinentaux ICBM, simples ou "mirvés" (2), capables d'atteindre les USA. La technique balistique militaire fait appel, en effet, aux mêmes ressources et connaissances que les programmes de satellisation.

Les relations sino-américaines se sont encore aggravées le 23 mars 2001 par la défection aux USA d'un officier supérieur, un colonel de l'Armée populaire de libération (APL). Pis encore : son épouse a trouvé refuge aux USA par l'entremise de l'ambassade américaine à Pékin, ce que les Chinois considèrent comme une humiliation et un "incident grave." Et quant à la visite de Qian Qichen, vice-premier ministre chinois, à la Maison-Blanche, le 22 mars, que nous évoquions plus haut, elle fut un échec notable, puisque les Chinois n'y ont pas obtenu la renonciation américaine à la vente à Taiwan d'un bouclier anti-missiles Aegis (3). Ce point était pourtant crucial pour Pékin. M. Bush et son secrétaire d'Etat, le "faucon" Colin Powel, grand artisan de la Guerre du Golfe, entendent appliquer à la lettre le Traité de protection de Taiwan signé en 1979 (4), alors que M. Clinton était prêt à négocier une éventuelle réunification en douceur, selon un "processus à la Hong-Kong".

Un autre grave contentieux entre Pékin et Washington, très peu connu du public et peu évoqué par la presse européenne, porte sur l'interdiction par le PC de la liberté religieuse, et notamment sur la discrète répression du christianisme. En septembre 2000, une campagne de destruction des églises par dynamitage aurait commencé. Plusieurs milliers d'édifices ont été détruits, prétendent les Américains ; ce que nient évidemment les dirigeants chinois. C'est une des raisons pour lesquelles l'administration Bush vient d'accuser la Chine devant le comité des droits de l'homme de l'ONU, réuni à Genève (voir plus haut). Pour les dirigeants chinois, cette insistance américaine sur les "droits de l'homme" dans leur propre pays, cette critique constante du caractère "dictatorial" et "répressif" de leur régime constitue, selon le terme consacré, une "insupportable ingérence", une humiliation, qui rappelle l'époque semi-coloniale des "traités inégaux" et des "concessions territoriales" du début du XXème siècle. Les Chinois ont été extrêmement vexés par la déclaration suivante de M. Bush (lors de la visite, citée dans cet article, de M. Qian) : "Nos invités ne seront pas surpris si je dis que je crois à la liberté religieuse et qu'il serait sans doute beaucoup plus facile d'aller de l'avant de manière constructive dans nos relations si nos interlocuteurs honoraient les libertés religieuses à l'intérieur de leurs frontières." (5) Pour les Chinois, il s'agit là, non seulement d'ingérence, mais d'impérialisme moral. Exigent-ils, eux, des Etats-Unis et de l'Occident, qu'ils appliquent les règles culturelles chinoises ? Soulignons là, d'ailleurs, une divergence philosophique et idéologique fondamentale entre la Chine et l'Occident - plus particulièrement les USA. On sait que, dans l'histoire, les cassures philosophiques entre les civilisations, les "ruptures de vision du monde", selon l'statement du politologue Julien Freund alimentent les inimitiés, et attisent les conflits géostratégiques. Cette divergence ne porte nullement sur le choix d'un système socio-économique (du type communisme contre capitalisme), ce dont les Chinois, en bons pragmatiques, se moquent. Elle porte sur l'éthique universaliste des droits de l'homme et de la démocratie à l'occidentale que les dirigeants chinois contestent absolument. En disciples de Confucius et de Lao-Tseu, bien plus que de Marx, les Chinois prônent le relativisme et non l'universalisme. Pour eux, la notion de démocratie et la philosophie des droits de l'homme ne sont applicables qu'à l'Occident, pas aux autres aires civilisationnelles. De plus, ils contestent la pertinence de ces notions, arguant que les Etats-Unis eux-mêmes - donneurs de leçons - ne respectent pas leurs propres principes hypocrites, par exemple en bombardant la Serbie ou l'ambassade de Chine à Belgrade.

En conclusion.

N'oublions pas que la Chine et les Etats-Unis s'étaient déjà affrontés militairement en 1951, pendant la guerre de Corée, et indirectement, pendant la guerre du Vietnam. On remarquera que jamais les Etats-Unis et l'ancienne URSS ne s'étaient affrontés directement.

Les deux grandes lignes de fracture et de risques de conflits du XXIème siècle concerneront un affrontement Islam-Europe et Islam-Inde d'une part, et Chine-USA d'autre part.(Islam Occident Chine USA)

Comme l'a démontré Alexandre Del Valle dans deux de ses récents ouvrages, et dans plusieurs de ses articles universitaires, la politique étrangère américaine vise à neutraliser les rivaux européens et russes en jouant la carte de l'Islam, comme la guerre de Serbie l'a démontrée. Mais les USA ont une préoccupation plus grave sur leur flanc ouest : neutraliser la Chine. Ils se sentent donc une île thalassocratique encerclée, obligée de contrôler le Grand Continent menaçant. Il y a une constante dans l'histoire des guerres, qui obéit à un étrange paradoxe, que les géopoliticiens nomment "le paradoxe de la Guerre de Troie." Il peut se formuler ainsi : les guerres ouvertes éclatent entre deux puissances ou deux coalitions sur des prétextes particuliers et imprévisibles, qui ne sont jamais les causes fondamendales ; ces dernières sont une rivalité globale, stratégique, économique, ethnique, etc. qui ne cherche qu'une étincelle, au fond secondaire, pour dégénérer en conflit ouvert. La fameuse Guerre de Troie immortalisée par Homère, opposait en fait les jeunes cités gréco-achéennes à la ville-Etat de Troie, installée près du Bosphore, et redoutable rivale commerciale et militaire. Le prétexte futile du déclenchement des hostilités et de l'expédition d'Agamemnon fut une jalousie amoureuse (l'enlèvement de la belle Hélène par les Troyens). Mais la véritable cause du conflit était la volonté géostratégique des Grecs d'éliminer leurs concurrents orientaux et de s'approprier la mer Egée.

Bien des guerres peuvent s'analyser selon cette grille, qui distingue les prétextes des causes essentielles, des toiles de fond. Or, dans le cas du conflit potentiel Chine-USA, nous pouvons repérer une toile de fond structurelle extrêmement chargée en hostilité : rivalité pour l'hégémonie sur le Pacifique ; crainte des USA, devenus unique superpuissance, de voir réémerger un concurrent autrement plus dangereux que la défunte URSS, parce que beaucoup plus peuplé, et parce que puissance à la fois continentale et maritime, ce que n'est pas la Russie ; crainte aussi des Américains de la concurrence économique et technologique mondiale de l'Empire du Milieu et de sa formidable masse démographique ; renouveau du nationalisme chinois qui prend conscience de son immense puissance et qui a une dette à régler, une revanche à prendre contre un Occident qui l'aurait humilié depuis le début du XXème siècle avec les "traités inégaux". Etc.

Bref, la "toile de fond" conflictuelle est particulièrement dangereuse. Le contentieux Chine-USA est beaucoup plus lourd que l'ancien contentieux USA-URSS, parce qu'il est géostratégique et non plus idéologique, et aussi parce qu'il s'apparente, comme l'a vu Samuel Huntington, à un choc de civilisations.

C'est pourquoi, comme les guerres franco-allemandes des XIXème et XXème siècles, qui pouvaient éclater sous n'importe quel prétexte, on ne peut pas dire que le "problème de Taiwan" sera nécessairement la cause d'un affrontement. Tout autre prétexte peut surgir. L'avenir est toujours ouvert, tout est possible. D'ici à 2020, la rivalité sino-américaine ne fera que s'accroître, comme un baril de poudre qui ne cesse de se remplir. Mais nous ne connaissons pas le nom de la mèche qui le fera exploser. Pour résumer cette analyse, nous dirons qu'un affrontement global entre l'Amérique du Nord et la Chine constitue un des risques majeurs au XXIème siècle, sans que nous puissions savoir le prétexte de son éclatement, ni la forme qu'il prendra. Quoi qu'il en soit, un esprit philosophique pourrait remarquer que nous allons assister au XXIème siècle à l'affrontement de la plus ancienne civilisation du monde (la Chine), un peuple long vivant et homogène, selon l'statement de Raymond Ruyer, et de la plus récente (l'Amérique), qui est d'ailleurs davantage une société qu'une civilisation historique, un peuple hétérogène et court-vivant.

HOME

NOTES


1 Le NMD est la reprise, mais avec des ambitions revues à la baisse, du projet de "guerre des étoiles" (jamais réalisé) de l'administration Reagan, l'ISD, Initiative stratégique de défense. Les Américains avaient abandonné ce projet après l'effondrement de l'URSS, ne s'estimant plus menacés par une balistique nucléaire adverse. La différence technique entre l'ISD et le NMD est la suivante : dans le premier cas des satellites-tueurs, munis de "canons électromagnétiques" et de "lasers de puissances" devaient neutraliser en vol, à 100km d'altitude, les fusées intercontinentales adverses. Dans le deuxième cas, les fusées sont plus classiquement détruites par des missiles sol-air, guidés par satellites, à 10 km d'altitude. Ajoutons que si l'ISD de M. Reagan a été qualifiée par les spécialistes de "coup de bluff", parce que trop chère et techniquement problématique, la NMD n'est pas pour l'instant très fiable : les 3 essais d'interceptions réalisés en décembre 2000 ont été des échecs.

2 Les missiles de longue portée ICBM (Intercontinental Balistic Missiles) munis de charges nucléaires (A ou H), embarqués ou fixes, que fabriquent les USA, la Russie et la France - et bientôt la Chine - (mais pas la Grande-Bretagne, qui les achète à Washington) peuvent ne laisser tomber qu'une seule charge ou bien plusieurs ; ces derniers, les plus dangereux, sont dits "mirvés" (de l'anglais MIRV, Multy Independant Reentry Vehicles) c'est-à-dire qu'ils comportent des têtes nucléaires multiples, qui se déploient de manière indépendante sur plusieurs cibles à la fois.

3 Il s'agit de quatre contre-torpilleurs équipés du système anti-missiles Aegis et équipés de missiles Tomahawk. Le système Aegis peut détecter et détruire, à 450 km, plus de 250 cibles différentes à la fois ; ce qui rendrait inopérantes les 300 fusées installées par la Chine en 1991 face à l'île rebelle.

4 Le Taiwan Relations Act , qui prévoit une protection absolue de l'île en cas d'attaque de Pékin, et s'engage à fournir une aide militaire comparable à celle offerte à Israël.

5 Communiqué AFP du 23/03/2001.